N'embrassez pas qui vous voulez
N'embrassez pas qui vous voulez

N'embrassez pas qui vous voulez

Résumé

Qu'un petit garçon essaie d'embrasser une petite fille, cela n'a normalement rien de dramatique. Et que la petite fille se dérobe et envoie balader son petit camarade, c'est suffisamment banal pour rester un épisode parmi tant d'autres dans les chroniques d'une enfance ordinaire. Mais si la scène se passe pendant la projection d'un film de propagande, à l'école, dans une République socialiste, bien des années avant que le Mur ne fasse mine de se fissurer, tous les ingrédients sont réunis pour que cela vire au drame... C'est ce que racontent Marzena Sowa et Sandrine Revel au fil de ce roman graphique humain et sensible. À travers l'histoire de ces deux enfants, c'est le mode de fonctionnement d'une société rongée par la paranoïa et l'obsession du contrôle qui est passé au crible. Une société où tous les gestes, même les plus infimes et les plus innocents de la vie quotidienne, peuvent vous plonger dans les pires ennuis, dès lors que la chaîne fatale de la surveillance, de la dénonciation et du chantage se met en marche.Le récit est complété de pages documentaires sur les repérages de Sandrine Revel et Marzena Sowa en Pologne. Après Marzi, Marzena Sowa signe son premier récit non autobiographique, auquel Sandrine Revel apporte une extraordinaire sensibilité graphique, puisant aux sources de Winsor Mc Cay, comme chez Sylvain Savoia. On retrouve dans N'embrassez pas qui vous voulez cette acuité du regard et cette justesse d'observation qui ont valu à Marzi le succès que l'on sait.

éditeur

Dupuis

Informations complètes

version numérique

Format BD en ligne
intérieur 104 pages
publié le 07/09/2012
isbn 9782800176154
isbn papier 9782800150925
langue français
audience à partir de 13 ans
sens de lecture de gauche à droite
Accepter Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur Sequencity × E.Leclerc. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation (ou cliquez ici pour refuser ces cookies).